> > > CPH

Intégration réfugiés

Les Centres Provisoires d’Hébergement (CPH) :
Un tremplin pour l’intégration des réfugiés les plus vulnérables

Dans plusieurs Départements (le Rhône depuis 1974, le Vaucluse et la Loire depuis 2018, la Haute-Loire depuis 2019), c’est à travers des établissements de type CPH que l’Association Entraide Pierre Valdo prend en charge l’intégration et l’insertion des bénéficiaires de la protection internationale (BPI sous statut de réfugié ou sous protection subsidiaire).

A Lyon, le CPH de l’Entraide Pierre Valdo a été ouvert peu après le coup d’Etat du général Pinochet et ce, afin de participer à l’accueil des premiers réfugiés chiliens ayant demandé et obtenu la protection de la France.  Le CPH du Rhône de l’Entraide Pierre Valdo est ainsi le plus ancien établissement de ce type créé en Rhône-Alpes.

Les Centres Provisoires d’Hébergement ont vocation à accueillir et accompagner les BPI identifiés comme étant particulièrement vulnérables. L’orientation des réfugiés vers un CPH est ainsi prononcée par l’OFII après l’obtention de la protection et après étude de la situation individuelle de la personne ou du ménage selon des critères de vulnérabilité.

Ultime étape avant l’autonomie dans le parcours, les établissements de type CPH assurent plusieurs missions : l’accueil, l’hébergement et la domiciliation évidemment, l’accompagnement social pour faciliter l’accès aux droits fondamentaux, l’accès aux soins et à la santé, l’accès à l’emploi et/ou la formation professionnelle, un accompagnement dans les actes de la vie quotidienne ainsi que le soutien à la parentalité et à la scolarité, l’accompagnement vers l’insertion par le logement et la préparation de la sortie des centres. La rigueur de notre méthode de travail et l’expérience des professionnels de l’association sont ici primordiales pour garantir une insertion réussie.

Accompagnement

Les CPH  accueillent un pourcentage important de personnes souffrant de handicaps divers, physiques notamment, qui impliquent une prise en charge spécifique. En outre, nombreuses sont les personnes orientées en CPH qui souffrent également de traumatismes psychologiques parfois lourds impliquant des pathologies psychiques importantes. De ce fait, les travailleurs sociaux des CPH doivent assurer un suivi attentif et, parfois, procéder à l’hospitalisation à la demande d’un tiers, quand c’est nécessaire.

Et c’est là notamment que nos valeurs ont de l’importance : pour savoir accompagner les bénéficiaires de la protection internationale dans la dignité et le respect de la personne, y compris quand cela implique des décisions difficiles.

Dans la mesure où les CPH accueillent beaucoup de familles, l’accompagnement à la parentalité et à la scolarité est un axe important de l’activité de ce type d’établissement.

Les travailleurs sociaux des CPH effectuent ainsi le lien entre la famille, l’élève et l’établissement scolaire mais également avec l’Académie et les CIO pour accompagner l’orientation des élèves pris en charge.

Ici encore, les accompagnants sont parfois amenés à prendre des décisions difficiles, en particulier dans le domaine de la protection de l’enfance (volet capital de notre projet associatif) : en cas de nécessité, les travailleurs sociaux sont habilités à instruire des dossiers d’Informations préoccupantes pour garantir la protection des mineurs faisant partie du dispositif.

L’insertion professionnelle est un facteur-clé pour une intégration réussie. Le travail d’accompagnement consiste à valoriser les potentiels et à lever les différents freins à l’emploi (notamment linguistiques).

Les CPH présentent la particularité d’accueillir également des BPI de moins de 25 ans pour lesquels le travail d’insertion professionnelle est primordial.

Sans logement, pas de dignité, pas d’autonomie, pas de réelle insertion. Voilà pourquoi, en plus des autres formes d’accompagnement, les CPH ont pour mission d’assurer l’accès au logement autonome des bénéficiaires de la protection internationale. Cet accompagnement se réalise en plusieurs étapes :

  • Définition d’un projet (localisation, typologie du logement, accessibilité, coût);
  • Préparation à l’accès;
  • Informations sur les démarches, les interlocuteurs : aide administrative, mise en relation;
  • Installation et maintien dans le logement.

L’hébergement des ménages BPI dans les CPH de l’association est réalisé dans des appartements en diffus. Dans ce cadre et en lien avec les bailleurs, la solution du bail glissant est privilégiée à chaque fois que possible.

Le travail des CPH s’inscrit enfin dans une démarche partenariale élargie. A titre d’exemple, le CPH de l’Entraide Pierre Valdo dans le Rhône a mis en place un partenariat avec l’association sociale et solidaire Envie pour permettre aux personnes prises en charge de s’équiper en électroménager facilement et à moindre coût. Un deuxième partenariat, avec l’association Foyer Notre Dame des Sans-Abris permet aux BPI, en étant accompagnés d’un travailleur social véhiculé, de s’équiper en mobilier, également à moindre coût.