> > > CHRS

Insertion généraliste

Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale

Préserver l’unité familiale, permettre une reconstruction physique et morale, accompagner l’autonomisation pour un retour à une vie sociale normalisée : voilà les missions de notre centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) de la Loire, créé en 2006. Notre CHRS s’adresse à tous les ménages vulnérables et exerce sa mission dans une approche personnalisée et méthodique reposant fondamentalement sur 4 piliers : l’établissement d’un parcours contractualisé, l’accompagnement sanitaire, l’accompagnement pour l’accès au logement et l’accompagnement à l’insertion professionnelle.

Le CHRS est un lieu d’accueil, d’écoute, d’accompagnement et d’orientation

Pour qui ?

Si le CHRS a vocation à héberger et accompagner tous les profils de personnes vulnérables, dans les faits, une continuité existe entre l’action de L’Entraide Pierre Valdo en faveur des réfugiés et demandeurs d’asile et sa mission dite « généraliste ». De fait, les personnes prises en charge dans le CHRS sont majoritairement issues de la « chaîne de l’asile » ou ont fait l’objet d’une expulsion locative.

Une orientation effectuée par le SIAO

Le CHRS de L’Entraide Pierre Valdo offre 26 places en logement diffus, sous la forme de plusieurs appartements répartis sur deux communes de la Loire. L’orientation des ménages à accueillir est réalisée par le SIAO (Service Intégré de l’Accueil et de l’Orientation, géré par plusieurs partenaires d’hébergement social).

Comment ?

Le passage au sein du CHRS est un parcours qui se construit par étape, conjointement avec le résident, articulé autour d’objectifs définis et contractualisés.

De cette manière, chaque personne prise en charge peut progresser dans son parcours par la réalisation successive d’objectifs à atteindre, entrant ainsi dans une logique positive et constructive de nature à favoriser à terme son insertion socioprofessionnelle.

Régulièrement, au cours du séjour, le contrat peut être réévalué avec les travailleurs sociaux pour mesurer les écarts entre les objectifs et leur réalisation d’une part, mais aussi les évolutions des objectifs, d’autre part.

Parallèlement, les travailleurs sociaux œuvrent à l’établissement des droits sociaux des personnes prises en charge, pour favoriser leur autonomisation future.

Des parcours de vie chaotiques peuvent entraîner une perte importante de l’estime de soi, de confiance en soi et entamer la santé mentale et physique des personnes. Les fragilités qui en résultent constituent bien souvent un frein à l’insertion socio-professionnelle. C’est la raison pour laquelle les travailleurs sociaux du CHRS, dans le cadre de l’accompagnement sanitaire des résidents, travaillent en particulier sur l’accompagnement psychologique, préalable nécessaire à la reconstruction identitaire.

Ce travail se fait en lien étroit avec l’accompagnement social : l’acceptation de la souffrance mentale n’allant pas de soi, il faut au préalable faire prendre conscience aux personnes accompagnées de la nécessité de démarrer des soins pour pouvoir entrer dans une logique d’insertion socioprofessionnelle. Les valeurs de notre association et les fondements du travail social permettent à nos professionnels d’effectuer cette mission avec humanité, empathie et douceur.

Vulnérables et souvent marginalisées, les personnes prises en charge dans le CHRS n’en sont pas moins des hommes et des femmes, avec leurs rêves, leurs envies, leurs espoirs. De ce fait, l’accompagnement pour l’accès au logement passe par plusieurs étapes indispensables à la réussite du projet. La première de ces étapes est de rendre leur projet de vie réaliste. « A quel logement puis-je espérer prétendre en fonction du contexte de l’immobilier en France, de mes ressources ? Où ?» : voilà le premier objectif que visent nos travailleurs sociaux. Concrètement, cela implique de redéfinir le type de logement, les quartiers, voire la commune auxquels peuvent prétendre les foyers.

Dans un deuxième temps les travailleurs sociaux constituent avec les familles un dossier d’inscription au fichier des demandeurs de logement prioritaire et les accompagnent pour leur inscription auprès des bailleurs publics et privés.

En outre, un accompagnement technique, budgétaire et administratif est indispensable pour finaliser l’intégration du logement : gestion du loyer, des abonnements, des factures, de l’entretien, des courses, des comptes, contact avec les différents interlocuteurs, etc. Autant de données et de tâches qui peuvent paraître évidentes a priori mais qui ne vont pas de soi pour tous.

En dernier lieu, le lien sera effectué, selon les besoins, avec les services sociaux dont dépend le foyer une fois qu’il aura emménagé dans son nouveau logement.

L’objectif est de créer un cadre positif, de mettre en œuvre les conditions d’une dynamique professionnelle : il faut limiter au maximum les effets pervers d’une longue période d’inactivité, qui tendent à marginaliser encore plus des personnes déjà vulnérables. Voilà pourquoi les travailleurs sociaux aident les résidents à identifier leurs compétences, réactiver leurs expériences, valoriser et mobiliser leur employabilité, etc. Ainsi, les personnes ne maitrisant pas le français devront passer par une étape indispensable d’apprentissage de la langue. Des stages de découverte du monde de l’entreprise seront également mis en place.

Pour mettre en œuvre ces différents objectifs, l’équipe travaille en partenariat avec des entreprises, associations et organismes spécialistes de l’emploi et de l’insertion, pour maximiser les chances de succès des parcours : Pôle Emploi, organismes de formation, entreprises de travail temporaire, entreprises d’insertion, etc.